Je suis en colère.

J’écris parce qu’Aujourd’hui je suis triste et en colère !

La mésaventure qui aurait pu mal se finir est arrivé à ma maman cet après midi.

ma maman en 2 mots, a 63 ans , un asthme sévère ancien traité rigoureusement, une aspergillose pulmonaire de découverte récente.

Cet après midi, je lui rends visite, elle fait 40 de température, elle a très mal dans la poitrine, elle frissonne… bref elle n’est vraiment pas en forme. elle a les extrémités cyanosées.

Je l’emmène donc aux urgences de l’hôpital à 5 minutes de chez elle, le même service dans lequel j’ai travaillé pendant 7 ans.

A l’accueil, je prends mon tour (je n’aime pas trop jouer du passe-droit) et puis je me dis que mes anciens collègues vont bien se présenter à moi .. Et effectivement une infirmière , une aide soignante , un médecin, des professionnels avec qui j’ai tous travaillé me disent bonjour, me demandent pourquoi je suis là.

A chacun, je dis j’amène ma maman , elle ne va pas bien sur le plan respiratoire, elle est dans le hall sur un fauteuil roulant, elle fait 40, elle est en bronchospasme … et tous repartent ..

Je fais un peu le forcing pour au moins faire son entrée administrative , sachant qu’il n’y a que 3 personnes en attente pour voir l’infirmière d’accueil et d’orientation qui est  elle aussi  une ancienne de mes collègues…

Un jeune homme arrive avec une fracture ouverte, je cède la place bien évidemment.

45 minutes plus tard nous sommes toujours dans le hall des courants d’air, ma maman n’a toujours pas vu l’IAO…

Et bien pour la première fois, oui j’ai été odieuse avec le personnel des urgences, j’ai jeté le dossier en travers du bureau,en disant : puisque tout le monde s’en fout je l’emmène ailleurs, même pas sur que cela n’ai ému quelqu’un.

J’ai remis ma maman dans la voiture et j’ai fait 25 minutes de route..

Je l’ai amené, dans un autre CH, ou dès son arrivée elle a été admise en unité de déchocage avec une saturation à 85 % et une tachycardie à 140 .

Aujourd’hui j’aurai pu perdre ma maman, parce que tout le monde m’a vu, parlé, mais personne ne m’a entendu.. Je suis en colère parce que je l’ai mal vécue évidemment en tant que soignant, mais encore plus en tant que fille…

Ce soir elle va mieux, elle est prise en charge par une équipe bienveillante, toujours en soins intensifs..

Mais je suis aussi très triste de voir que parfois les malades deviennent à ce point transparents..

Désolée c’était mon coup de gueule du soir mais j’en avais besoin…

4 réflexions au sujet de « Je suis en colère. »

  1. Je comprend ta colère. J’ai accompagné mon père aux urgences pour un problème respiratoire. Comme nous sommes venus en ambulance il a été pris en charge assez rapidement puis à été installé dans un box ou nous sommes restés 8 h. Donc, j’ai eu largement le temps d’observer Et je vous rejoins lorsque vous dites que les malades sont transparents. J’ai pour exemplecette mamie allongée sur un brancard qui d’une voix faible accompagnée d’un geste difficile appelait dès qu’une blouse blanche passait, « s’il vous plait, s’il vous plait j’ai mal, je suis mal vous pouvez me remonter ». Pas un regard, juste un « on va venir » mais personne ne vint. Ça n’aurait pas pris plus de 2 mn pour installer correctement cette dame sur le brancard et lui éviter une souffrance supplémentaire. Je ne savais que faire. J’avais envie de l’installer confortablement, mais j’avais peur de faire une bêtise car je ne savais pas de quoi elle souffrait. Au bout d’une heure passée, ne supportant plus d’entendre cette dame souffrir je suis allée trouver le jeune homme en blouse blanche qui avait dit à plusieurs reprises « oui, oui, on va venir » pour lui expliquer que la mamie les appelait car elle était très mal installée sur le brancard et que ça la faisait souffrir. « Ne vous inquiétez pas madame, on va venir » me dit il.
    J’avais déjà entendu cette réponse faite à plusieurs reprises à la dame sans que personne ne vienne. Je le lui ai dit en lui expliquant que ça ne prendrait que 2mn et que ça la soulagerait. J’ai lu dans sonregard « de quoi vous vous occupez », mais peu importe car il est allé installer confortablement la mamie qui était contente et soulagée. Ça lui a pris 2 mn et on n’a plus entendu la vieille dame geindre. Un petit geste est parfois énorme !

  2. C’est surprenant, quand on reconnait d’anciens collègues, on a tendance à faire un peu de zèle (parfois pas de bon coeur) pour prendre en charge la personne ou sa famille + rapidement. Mais visiblement ça ne marche pas à tous les coups …
    Le plus inquiétant c’est que ça veut dire qu’aucun soignant n’a été capable de voir des critères cliniques basiques de gravité, et surtout que le triage ne peut pas être fait rapidement. Alors que le concept d’IAO c’est justement éviter la prise en charge tardive par un médecin débordé.
    Jusqu’à preuve du contraire, une fracture ouverte peut atteindre un peu plus longtemps qu’une détresse respiratoire, d’autant plus que ces pathologies sont généralement prises en charge sur des secteurs différents aux urgences, même dans les petits services.
    La liste des dysfonctionnements est tellement vaste, c’en est franchement déprimant. Heureusement que dans ton cas, le retard n’a pas compliqué plus la situation pour ta mère.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>