Le pool

J’intègre en Février 2000 le service infirmier de complément et de suppléance de l’hôpital autrement nommé le Pool. J’y resterai jusqu’en Octobre 2001.
Une période pas toujours facile parce qu’il faut remplacer au pied levé les absences de collègues dans les différents services de L’hôpital.
La politique de l’établissement à l’époque était de former des infirmières polyvalentes, de ce fait la durée des remplacements dans le même service n’excédait pas 15 jours.
J’ai donc testé la médecine, la chirurgie digestive, l’ORL, la gériatrie, l’hospitalisation complète en psychiatrie et bien d’autres domaines encore…
En Juin 2000, on me propose un remplacement d’été de 4 mois dans un service de Pneumologie, non mécontente de me poser un peu, j’accepte sans hésiter.
J’intègre une équipe composée exclusivement d’infirmières (et je peux le dire maintenant ça j’aime pas du tout) qui ont beaucoup d’expériences. Moi j’arrive avec les connaissances toutes fraîches de l’école, et bien sur plein de rêves de bonnes pratiques dans la tête (normal quand on débute).
Et au lieu d’apporter de la fraîcheur à cette équipe, je vais me heurter à un mur d’incompréhension. Pas question de modifier les habitudes bien ancrées du service (aussi dépassées soient elles).
Moi qui me suis formée en Soins palliatifs, qui ait fait mon mémoire de fin d’étude sur ce sujet, qui suis allée en stage en unité de SP et y ait vu des choses extraordinaires. Quand j’essaye d’en parler avec le médecin du service (qui du reste porte encore le tablier de « boucher » au dessus de sa blouse), je me verrai répondre qu’il n’est pas question de faire rentrer l’unité mobile de SP et ses nouvelles morts dans le service.
Après 4 mois très éprouvants dans ce service à me battre contre des moulins à vent, j’ai refusé le poste qu’on me proposait, je n’étais pas en accord avec cette manière de prendre soin d’un autre temps.
Rendez vous pris avec le directeur des soins pour expliquer les raisons de mon refus. Il me propose un autre poste à l’essai ( en raison de sa spécificité je choisirai ou pas d’y rester) au Centre de traitement des conduites addictives (dépendance à l’alcool, toxicomanie, troubles des conduites alimentaires)
J’y suis restée pendant 1 an.